Crèmes solaires respectueuses de l'environnement : idée de génie ou coup marketing ?

·2 min de lecture
60 millions de consommateurs a analysé le contenu de ces crèmes et autres sprays.

Le magazine 60 millions de consommateurs s’est intéressé aux produits qui promettent de protéger l’environnement en plus de votre peau.

Protéger sa peau des rayons nocifs du soleil représente évidemment une nécessité, mais le faire en respectant les océans, c’est encore mieux. Dans ce sens, 60 millions de consommateurs a passé au crible 15 sprays, crèmes et laits solaires qui mettent en avant le respect de l’environnement. Qu’en est-il vraiment de la composition ?

Parce que les étiquettes de ces produits solaires ne sont pas toujours simples à décrypter, l’association a analysé le contenu de ces crèmes et autres sprays. Ainsi, 60 millions de consommateurs a constaté que si les produits étaient bien exempts de filtres toxiques (notamment l’oxybenzone et l’octinoxate), l’innocuité totale n’était pas garantie. Une disposition fixée par une loi promulguée à Hawaï en 2018. D’ici 2023, deux nouveaux filtres devraient être interdits : l’octocrylène et l’avobenzone.

Ces deux derniers composants figurent bien sur la liste des ingrédients de certains produits, comme le pointe l’association : "Cette dernière molécule figure non seulement dans la liste d’ingrédients des produits Garnier Ambre solaire Sensitive Expert SPF 50+, La Roche-Posay Anthelios SPF 50+ et A-Derma Protect-AD SPF 50+, mais aussi… dans les produits de Nivea et de Klorane".

VIDÉO - Carnet de Santé - Dr Christian Recchia : "Le cancer de la peau est de plus en plus fréquent, et il est très difficile de soigner ce cancer qui est dramatique"

Des notes de A à E

Dans son numéro actuellement en kiosque, 60 millions de consommateurs a également publié un tableau comparant les promesses des fabricants avec le Cosméto’Score. Ce dernier a été mis en place par les ingénieurs de l’Institut national de la consommation et évalue les ingrédients en pondérant leurs risques selon leur importance dans le produit et suivant l’usage qu’on en fait. Un algorithme permet ensuite d’attribuer des notes de A à E. Ainsi, le lait solaire "Waterlover Sun milk" de Biotherm est le seul à récolter un bon point du Cosméto'Score.

"La cohérence est là pour les produits Biotherm, Respire, Cattier. Mais Klorane écope d’un Cosméto’Score C, Lovea (spray hydratant SPF 50) d’un D, et Nivea d’un E", souligne le magazine. Concernant l’absence de nocivité pour les coraux, des tests sont réalisés sur des microalgues unicellulaires vivant dans l’exosquelette du corail. Un flou entoure les flacons de crèmes car il n’existe pas de consensus sur les effets des filtres sur les océans. Pour l’avenir, des recherches doivent permettre d’évaluer avec précision l’impact des protections solaires sur les océans.

Ce contenu pourrait également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles