Protéger les mères, croire l'enfant : les recommandations de la Commission inceste

·1 min de lecture

La Commission Inceste recommande de suspendre l'exercice de l'autorité parentale et les droits de visite d'un parent poursuivi pour inceste pour "mieux protéger les enfants", dans son premier avis rendu mercredi. Après avoir reçu des centaines de témoignages de mères d'enfants victimes d'abus, la Commission indépendante sur l'inceste et les violences sexuelles faites aux enfants (Ciivise) formule trois recommandations.

Trois mesures fortes pour lutter contre l'inceste

Dès qu'une enquête est ouverte pour inceste, la commission recommande de "suspendre" les poursuites pénales pour "non-représentation d'enfant" contre un parent qui refuserait de laisser son enfant au parent soupçonné. Beaucoup de femmes sont devant ce dilemme : respecter la loi et laisser son enfant passer du temps chez son père ou bien protéger son enfant et risquer d'être poursuivie. La mère qui veut protéger son enfant du père incestueux doit être protégée, pour la Ciivise. 

Ensuite, si des poursuites pénales sont engagées contre un parent pour inceste, le droit de visite et d'hébergement doit être suspendu "de plein droit", de même que "l'exercice de l'autorité parentale". "On sécurise l'enfant", explique le juge Édouard Durand, coprésident de la Ciivise. 

Enfin, en cas de condamnation d'un parent pour viol ou agression sexuelle incestueux, l'exercice de l'autorité parentale doit lui être retiré automatiquement, selon la Ciivise.

Depuis le début de ses travaux en mars, la Ciivise a reçu les "appels à l'aide&qu...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles