Pour protéger les JO, le CIO va acheter des vaccins à la Chine

·2 min de lecture

Le Comité international olympique va acheter à la Chine des vaccins pour les participants aux JO de Tokyo cet été et de Pékin l'hiver prochain, première annonce de ce type pour protéger les Jeux de la menace sanitaire.

Le Comité international olympique va acheter à la Chine des vaccins pour les participants aux JO de Tokyo cet été et de Pékin l'hiver prochain, première annonce de ce type pour protéger les Jeux de la menace sanitaire. Sur ce sujet délicat, tant les vaccins manquent encore pour les personnes vulnérables, le CIO avance sur un fil: il "encourage" la vaccination des sportifs, mais sans la rendre obligatoire ni réclamer une priorité pour ces personnes en pleine santé.

Dans ce contexte, les autorités olympiques chinoises ont offert de "mettre à disposition des doses additionnelles de vaccins pour les participants" aux Jeux de Tokyo et Pékin, a annoncé jeudi le patron du CIO Thomas Bach. L'instance olympique, face au défi inédit d'organiser en huit mois deux éditions des JO en pleine pandémie, va "payer" pour ces injections, qui concerneront "non seulement les équipes olympiques, mais également paralympiques", selon M. Bach. Aucun calendrier n'a été fourni, pas plus qu'un ordre de grandeur sur le nombre de doses ou les modalités de leur attribution, qui pourra se faire "via des partenaires internationaux", ou "dans des pays où des partenariats existent déjà avec le gouvernement chinois".

"Sécurisation" des Jeux

Face aux questions éthiques soulevées par cette initiative, le CIO s'est engagé, "pour chaque dose additionnelle" attribuée aux délégations olympiques, à "en acheter deux autres à destination de la population du même pays". Reconduit mercredi pour quatre ans à la tête de l'instance de Lausanne, l'Allemand de 67 ans a qualifié cette transaction avec la Chine de "jalon dans la sécurisation des Jeux de Tokyo". "C'est notre manifestation de solidarité avec le peuple japonais, pour lequel nous avons tant de respect", a(...)


Lire la suite sur Paris Match