Prostitution : les violences physiques et psychiques en hausse

L'Igas (Inspection générale des Affaires Sociales) a remis ce matin son rapport sur " les enjeux sanitaires de la prostitution " à la ministre des Droits des femmes, Najat Vallaud-Belkacem.

" Il n'y a pas une, mais des prostitutions et les risques sanitaires sont très variables selon les modes et les conditions d'exercice, ainsi que le profil des personnes qui se prostituent ", a souligné le Dr Julien Emmanuelli, co-auteur du rapport, en insistant sur la difficulté de mener à bien de telles études tant " on a beaucoup de mal à dire combien de personnes se prostituent aujourd'hui en France ". Au-delà des risques sanitaires connus, tels que les MST ou le VIH, le rapport pointe du doigt les violences physiques et psychiques dont sont très souvent victimes les prostitués, au premier rang desquels les transsexuels, les plus stigmatisés de tous.Un développement de la prostitution " indoor "S'appuyant sur plus de 250 entretiens menés auprès de professionnels du sexe, de représentants d'associations, de chercheurs et d'administrations, le travail de l'Igas montre également un développement de la prostitution " indoor ", en intérieur, facteur d'isolement et donc de plus grande vulnérabilité. L'organisme alerte également la ministre sur la situation des jeunes prostitués mineurs, une population complètement mise de côté car très difficilement accessible. Pour répondre à ces défis, la ministre a confirmé la nécessité de " consolider le rôle des associations et de simplifier leurs conditions de financement ". Elle a rappelé l'engagement du gouvernement Ayrault d'abroger le délit de racolage passif qui, selon elle, " pénalise celles que l'on devrait considérer comme des victimes ". Enfin, Najat Vallaud-Belkacem a insisté sur la nécessité d'un large plan d'insertion sociale et professionnelle pour les prostituées ainsi que " d'accroître (...) Lire la suite sur elle.fr

Abolition de la prostitution : " une part d'utopie " selon Autain
Abolition de la prostitution : des personnalités s'engagent
Contre l'abolition, des prostitué(e)s manifestent
Débat : faut-il abolir la prostitution ?

Tout commentaire contraire à la réglementation en vigueur (et notamment tout commentaire à caractère raciste, antisémite ou diffamatoire) pourra donner lieu à la suppression de votre compte Yahoo
Le cas échéant, certains commentaires que vous postez pourront également donner lieu à des poursuites judiciaires à votre encontre.