Prostitution : Mathilde Davril, escort girl à Lyon, livre son expérience après dix ans de son « activité décriée »

Lucas Marcellin

PROSTITUTION - À l’occasion de la sortie de son livre « 300 de l’heure, le prix de ma liberté » (Max Milo), Mathilde Davril évoque sans fard ses dix années d’expérience comme escort girl à Lyon

Après dix ans dans le métier de la prostitution à Lyon, Mathilde Davril a ressenti le besoin de consigner son expérience. Elle vient de sortir un livre : 300 de l'heure, le prix de ma liberté​, aux éditions Max Milo. Si Mathilde est son deuxième prénom, et Mathilda son nom d’escort, le pseudonyme de Davril, lui, a été choisi par sa mère. Il lui permet de témoigner sur sa profession à visage découvert, sans dévoiler sa véritable identité.

Car Mathilde se « prépare depuis des mois » à recevoir des critiques sur son « activité décriée ». Si cette femme de 38 ans « conçoit parfaitement » la méfiance que les gens peuvent avoir à l’égard de sa profession, il lui semblait nécessaire de parler de son expérience. « J’ai énormément de consœurs qui sont ravies que l’une d’entre nous ose témoigner à visage découvert, explique-t-elle. Elles sont contentes que je change les choses, qu’on puisse vivre de manière libre, comme n’importe quel travailleur et citoyen. »

Elle choisit ses clients et ses prestations

Changer les choses ? Mathilde Davril déclare en effet qu’elle en a assez de « l’image de la prostituée comme une jeune femme perdue, qui se drogue, qui a beaucoup de problèmes,(...) Lire la suite sur 20minutes

À lire aussi :
Lyon : Après l'abandon du projet de téléphérique, quelles alternatives pour desservir l'ouest lyonnais?
Lyon : Une enquête alerte sur les polluants non dégradables qui contaminent Pierre-Bénite
IVG : L’accès à l’avortement est-il facilité en France depuis la nouvelle loi ?

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles