Prostitution : l'histoire d'une réglementation française

En France, la lutte contre la prostitution dure depuis 1946. 70 ans de combat qui commencent par l'interdiction des maisons closes. 1 400 établissements sont fermés en quelques mois, à l'initiative de Marthe Richard, ancienne prostituée devenue conseillère de Paris. Mais la prostitution n'est pas rendue illégale. Elle va se déplacer dans la rue. Celles qui vendent leurs services sont verbalisées pour racolage, quand leurs clients sont laissés tranquilles.

Sanction pour racolage passif

En 1975, un ras-le-bol mène à une mobilisation. Les prostituées ne veulent plus être considérées comme délinquantes. Certaines vont même occuper des églises, sous la protection des ecclésiastiques pour réclamer des droits. C'est la fin du fichage. Mais en 2003, la loi sur la sécurité provoque une marche arrière : les prostitué(e)s risquent jusqu'à deux mois de prison pour racolage passif. Il faudra 13 ans pour que ce délit soit abrogé. Pour la première fois, ce sont les

clients qui sont visés. Ils risquent jusqu'à 1 500 euros d'amende.

Retrouvez cet article sur Francetv info

"Nuit debout" : place de la République, le débat se poursuit ce dimanche
"Nuit debout" : le mouvement s'étend partout en France
Invitée du magazine 12/13 Dimanche : Marie-George Buffet
Ce qu’on apprend à l’école doit-il forcément être utile ?
Non, monsieur le député, la France n'a pas 2000 ans

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages