Propulsé en garde de gynécologie sans formation, Pierre raconte son erreur médicale

Il risque de se souvenir longtemps de ce premier stage en gynécologie . Au micro d'Europe 1, Pierre a accepté de revenir sur une erreur médicale qu'il a commise lors d'une garde pour laquelle il n'avait pas reçu la formation prévue. De quoi mettre en lumière les multiples maux dont souffre l'hôpital en France , entre manque de moyens, sous-effectifs et services saturés.

>> LIRE AUSSIHôpital public : accouchement, opération, cancer... Ce que coûtent réellement les soins

"Je me suis retrouvé la première semaine à ne pas savoir faire les actes de base en garde, dans des secteurs que je ne maitrisais pas", se souvient Pierre. Le jeune interne n'avait pas reçu la formation d'un mois, indispensable avant d'exercer en garde. La faute, selon lui, à un manque de personnel . "Comme dans de très nombreux centres hospitaliers, il n'y avait pas assez de médecins pour bien encadrer les internes".

"Ça va tomber dans l'oubli"

C'est lors de sa seconde garde que la situation tourne au vinaigre pour Pierre. "Je me suis retrouvé seul face à une dame qui saignait. C'était une dame enceinte et je n'ai malheureusement pas demandé son groupe sanguin. Ça peut avoir des répercussions quand on a un certain groupe sanguin sur les prochaines grossesses", explique-t-il.

>> LIRE AUSSI«Est-ce que je quitte le navire ?» : faute de moyens, à l'hôpital, les démissions s'enchaînent

Face à cette erreur, la réaction du supérieur hiérarchique de Pierre a de quoi déconcerter. "Quand mon chef m'...


Lire la suite sur Europe1