Le propriétaire du site porno «Jacquie et Michel» mis en examen pour complicité de viol

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
© Amaury Cornu / Hans Lucas / Hans Lucas via AFP
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Dans une enquête sur des soupçons de dérives dans le porno amateur, le propriétaire du site pornographique "Jacquie et Michel" a été mis en examen vendredi notamment pour complicité de viol et placé sous contrôle judiciaire. Interpellé mardi avec son épouse et trois autres hommes, Michel Piron, 64 ans, a été mis en examen à l'issue de 72 heures de garde à vue pour complicité de viol et traite d'être humain en bande organisée.

Il a été placé sous contrôle judiciaire et a donc pu ressortir libre du tribunal, alors que le parquet avait requis son placement en détention provisoire, a constaté l'AFP lors d'une audience publique devant le juge des libertés et de la détention (JLD).

 

>> LIRE AUSSILe site porno Jacquie et Michel visé par une enquête : "C’est un système organisé de proxénétisme"

Un ancien acteur et deux anciens réalisateurs également mis en examen

Les trois autres hommes - un ancien acteur et deux anciens réalisateurs - ont également été mis en examen dans ce dossier, pour viols, complicité de viol, proxénétisme en bande organisée et traite d'être humain en bande organisée . L'un d'eux est aussi poursuivi pour complicité de viol avec acte de torture et de barbarie. Il a été placé en détention provisoire.

L'épouse de Michel Piron, Araceli, a elle été placée sous le statut intermédiaire de témoin assisté et est donc ressortie libre vendredi du tribunal judiciaire de Paris. Dans un communiqué, Me Nicolas Cellupica, avocat du groupe Arès, présidé par Michel Piro...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles