Propreté. Avec le Brexit, le Kent craint de devenir les “toilettes de l’Angleterre”

The Guardian (Londres)
·2 min de lecture

Avec les contrôles douaniers et les bouchons de poids lourds qu’ils provoquent, les aires de repos du Kent sentent l’urine et sont jonchées d’excréments faute de toilettes propres disponibles. Des militants préviennent que cela risque d’empirer après la période de transition du Brexit, qui s’achève le 31 décembre.

“Si des W.-C. spéciaux ne sont pas mis à la disposition des milliers de chauffeurs routiers retenus dans le comté pendant des heures par les contrôles aux frontières, le Kent pourrait bien devenir les ‘toilettes de l’Angleterre’ en moins de huit semaines, mettent en garde des militants”, rapporte The Guardian.

Avec le Brexit, de nouveaux contrôles dans les ports du Kent sont apparus, entraînant une multitude de bouchons. Ce sont eux qui sont à l’origine de la dégradation de l’environnement autour des routes. Certains militants expliquent que les routes du Kent sont jonchées de bouteilles d’urine et de sacs d’excréments. Ils ajoutent que cela ne va faire qu’empirer si des moyens ne sont pas mis à disposition des camionneurs.

“Cela pourrait vite devenir dégoûtant”, affirme Phil Silkstone, un responsable régional de Unite, qui représente de nombreux chauffeurs routiers :

Notre principale préoccupation, c’est le bien-être de nos chauffeurs, mais aussi celui des habitants alentour. Ce ne sera agréable pour personne si des milliers de camionneurs doivent utiliser les buissons pour se soulager autour des parkings pour camions. Tout ce dont nous avons besoin, c’est de toilettes et d’installations sanitaires adéquates. Il ne faut pas attendre janvier pour commencer à les installer, il faut le faire dès maintenant !”

Il précise qu’il ne s’agit pas de menace mais de réalité, s’il n’y a pas assez de toilettes à disposition les camionneurs iront dans les buissons.

Mise en danger de la santé

Phil Silkstone a écrit aux députés du Kent et à des centaines de conseillers dans le sud-est de l’Angleterre pour les avertir du problème. D’autant plus que pour lui, au vu de la

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :