Une proposition de numéro unique d’urgence agite les soignants et les patients

·1 min de lecture

“Une fausse bonne idée”. Soignants et patients ne mâchent pas leurs mots contre l’article 31 de la proposition de loi visant à consolider notre modèle de sécurité civile et valoriser le volontariat des sapeurs-pompiers, portée par le député LREM du Var Fabien Matras. Et pour cause, le texte, voté ce jeudi 27 mai en première lecture à l’Assemblée nationale, prévoit d’expérimenter, entre autres, un numéro unique d’appel d’urgences. L’idée est de rassembler derrière le numéro européen 112 la police/secours (17), les pompiers (18) et le service d’aide médicale urgente (Samu, 15). “Nous sommes furieux ! On veut imposer le 112 comme numéro unique sans discussion avec le monde de la santé alors que le Samu est le premier concerné”, s’emporte François Braun, patron du Samu. “C’est une apparente solution facile qui cache des problèmes nombreux”, déplore Frédéric Valletoux, président de la Fédération hospitalière de France (FHF) et maire Les Républicains de Fontainebleau.

Si les médecins regrettent de ne pas avoir été entendus à l’Assemblée nationale alors même que le gouvernement a engagé une procédure accélérée sur ce texte le 30 avril, ils craignent surtout une dégradation des soins. “On prend en otage la santé de nos concitoyens”, fustige François Braun. Car en fusionnant la police, les pompiers et le Samu, “on va tout mélanger dans un grand panier, que les urgences soient graves ou pas”, pointe le Professeur Pierre Carli, président du conseil national de l’urgence hospitalière et chef (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Un jeune de 19 ans aurait été infecté trois fois par le Covid-19
En dix ans, les inégalités de niveau de vie ont légèrement augmenté
Inégalités à l’école : les actions que veut pousser la secrétaire d’Etat chargée de l’Education prioritaire
Canal de Suez : le propriétaire du porte-conteneurs bloqué négocie l'indemnisation
Brexit : les négociations sur la pêche avec le Royaume-Uni “patinent”, nos pêcheurs veulent parler à Macron

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles