Une proposition de loi veut mettre fin à la discrimination fondée sur l’accent

20 Minutes avec agences
·1 min de lecture

PROJET DE LOI - La proposition veut promouvoir « la diversité de prononciation de la langue française »

La loi réprime déjà les discriminations fondées sur l’origine, le sexe ou le handicap, entre autres. Une proposition de loi pourrait bientôt ajouter un autre motif : l’accent, susceptible de constituer un obstacle, notamment à l’emploi, pour les « minorités audibles ».

La mesure soutenue par le député de l’Hérault Christophe Euzet fait partie de textes que le groupe Agir, allié à la majorité, va présenter le 26 novembre dans le cadre de sa « niche », un créneau réservé aux groupes pour promouvoir leurs propres propositions ou résolutions. La commission des lois de l’Assemblée nationale l’a validé dès ce mercredi, ouvrant la voie à une possible adoption dans l’hémicycle en première lecture le 26.

L’accent, actuellement discriminatoire

« À l’heure où les minorités 'visibles' bénéficient de la préoccupation légitime des pouvoirs publics, les minorités 'audibles' sont les grandes oubliées du contrat social fondé sur l’égalité », plaide Christophe Euzet dans son exposé des motifs. Sa proposition vise donc à rajouter un simple mot, « l’accent », à la longue liste des causes de discriminations sanctionnées par le Code pénal ainsi que le Code du travail : origine, sexe, orientation sexuelle, situation de famille, h(...) Lire la suite sur 20minutes

À lire aussi :
Les journalistes ont-ils désormais interdiction de filmer la dispersion des manifestations ?
Loi sur la « sécurité globale » : Gérald Darmanin écarte l’armement obligatoire des polices municipales
Nantes : Une expérimentation pour prévenir la récidive en matière de violences conjugales