Proposition de loi sur l'euthanasie: Line Renaud s'engage pour un "progrès essentiel"

Benjamin Pierret
·3 min de lecture

L'actrice adresse un message aux députés de l'Assemblée national, à quelques jours de l'examen d'une proposition de loi "garantissant le droit à une fin de vie libre et choisie".

Line Renaud s'engage pour la fin de vie. Alors qu'une proposition de loi "donnant et garantissant le droit à une fin de vie libre et choisie" doit être examinée en première lecture à l'Assemblée nationale en séance plénière jeudi prochain, l'actrice de 92 ans adresse une lettre aux députés pour défendre ce "progrès essentiel".

"Le 8 avril, vous aurez à examiner un texte très important. Capital même! Capital parce qu'il touche à notre bien le plus précieux, la liberté", écrit Line Renaud dans cette lettre ouverte publiée samedi sur Twitter. "Notre liberté ultime et souveraine. Celle de mourir dans la dignité! Ayant vécu libre et digne, je ne peux imaginer mourir enchaînée et contrainte. Si notre vie nous appartient, il doit absolument en être de même pour notre mort."

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

"J'ai partagé des fins de vies ô combien douloureuses"

Cette proposition de loi ouvrirait la voie à un droit à l'euthanasie pour les personnes souffrant d'une pathologie incurable. Line Renaud adresse son message aux députés de l'Assemblée nationale et cite nommément Olivier Falorni (groupe Libertés et Territoires), à l'origine de la proposition de loi, ainsi que plusieurs députés qui soutiennent le texte. Elle poursuit:

"J'ai partagé des fins de vies ô combien douloureuses. Celle de mon mari, de ma mère, de tant de malades du Sida. La dernière en date est celle de la mère d'une amie qui travaille à mes côtés depuis très longtemps. Elle a dû supporter une souffrance atroce que la loi actuelle n'a pas un instant permis de soulager (...) cette femme ne s'est pas éteinte paisiblement, dignement, ainsi qu'elle le souhaitait."

Marraine de l'Association pour le droit de mourir dans la dignité (ADMD), présidée par Jean-Luc Romero-Michel, elle conclut: "Je compte sur vous qui nous représentez pour, le 8 avril, voter cette loi qui enfin donnera à chacune et à chacun la possibilité de choisir sa fin de vie."

Sujet clivant

Le débat dans l'hémicycle s'annonce houleux. Quelque 3000 amendements ont été déposés sur la proposition de loi, dont 2300 de députés Les Républicains opposés à ce texte. Cet engorgement soudain a de grandes chances d'empêcher son adoption jeudi, selon des sources parlementaires consultées par l'Agence France-Presse (AFP). Samedi, l'ancien membre du groupe Libertés et Territoires Matthieu Orphelin a dénoncé dans un communiqué une "honteuse obstruction des LR" qui "empêchera le vote".

En réponse à ces 3000 amendements, 270 députés de tous bords politiques signent une tribune dans le JDD: "Nous voulons débattre. Nous voulons voter. Le temps du Parlement est venu. Respectons-le", plaident-ils.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Line Renaud s'est déjà prononcée en faveur du droit à mourir dans la dignité. Notamment en janvier dernier, dans un message vidéo publié par l'ADMD. Elle avait plaidé pour le droit à "rester maître de ses propres décisions, en ne laissant personne décider pour soi ce qu'il convient de faire lorsque l'horloge de la vie indique que la fin du spectacle est arrivée".

Article original publié sur BFMTV.com

Ce contenu peut également vous intéresser :