Propos sexistes de Stéphane Ravier (RN) : Marine Le Pen minimise

Marine Le Pen ce lundi matin dans le studio de France Inter

Pour la présidente du RN, les policiers ont « trop de boulot » pour enquêter sur la plainte de l’élue écologiste, victime d’une remarque salace du sénateur RN.


Marine Le Pen ne veut pas d’une « police de la blague de mauvais goût ». La présidente du Rassemblement national (RN, ancien FN) était invitée ce lundi sur France Inter, à réagir aux propos du sénateur RN Stéphane Ravier contre une élue écologiste de Marseille.

Il y a une semaine, Lydia Frentzel (EELV) a annoncé avoir porté plainte contre Stéphane Ravier qui, en plein conseil municipal, lui avait proposé de la rencontrer « au même hôtel, le même jour, à la même heure », suscitant les rires de son groupe et les cris scandalisés de l’intéressée et d’autres élus. Badin, le maire LR Jean-Claude Gaudin avait ajouté : « En tout cas, ce n’est pas dans mon bureau, hein ».

« C’était une blague. On peut trouver que c’était une blague de mauvais goût mais on ne va peut-être pas faire une police de la blague de mauvais goût, parce que je trouve que les policiers ont déjà assez de boulot objectivement aujourd’hui », a estimé Marine Le Pen. « Je crois d’ailleurs que cette élue verte lui a répondu pour le moins de manière très injurieuse. Donc elle est assez grande pour se défendre toute seule », a ajouté la députée du Pas-de-Calais. Après la réflexion de Ravier, Frentzel l’avait traité de « merde ».




« Engorgeons donc les tribunaux, ils n’ont probablement rien de plus important à faire au moment où on va libérer je ne sais combien de dizaines de djihadistes des prisons françaises et où on envisage d’en faire revenir environ 300 d’Irak et de Syrie », a-t-elle conclu avec ironie.



Retrouvez cet article sur LeParisien.fr

Double emploi d’Hervé Gaymard : «Je n’ai rien à cacher»
La double vie professionnelle d’Hervé Gaymard
Violences contre les élus LREM : «On va te mettre une balle dans la tête»
Violences en rafale contre les élus LREM
Ismaël Emelien, proche conseiller d’Emmanuel Macron, démissionne