Les propos de Ségolène Royal sur l'Ukraine repris et modifiés par la télévision russe

Ségolène Royal au festival de Deauville le 4 septembre 2020.  - LOIC VENANCE / AFP
Ségolène Royal au festival de Deauville le 4 septembre 2020. - LOIC VENANCE / AFP

Des images qui ne vont pas faire plaisir à Ségolène Royal. La principale chaîne de télévision russe adoube ses propos sur la "propagande par la peur" qui serait menée par Kiev dans le cadre de la guerre en Ukraine initiée par Moscou en février.

Jeudi soir, sur BFMTV, elle avait mis notamment en doute la réalité de "la maternité bombardée" dans le sud-est de l'Ukraine en mars. Le collectif Stand With Ukraine a ensuite annoncé qu'il allait porter plainte.

Depuis, Ségolène Royal a retiré ses propos et s'est excusée. "En m’exprimant schématiquement, j’ai pu laisser croire que je disais qu’il n’y avait pas du tout de victime. C’est une erreur, je le reconnais, et je m’en suis excusée auprès des victimes. Je n’ai qu’un seul objectif: qu’un processus de paix et de médiation s’engage", a-t-elle expliqué à nos confrères de Libération.

Des propos modifiés

La télévision russe a malgré tout décidé de reprendre la séquence, en transformant les propos de l'ancienne candidate socialiste à la présidentielle.

"Nous devons interdire légalement la propagande par la peur de Kiev sur nos chaînes, elle nous empêche de prendre des décisions éclairées, et Zelensky utilise cela dans son intérêt", ont ainsi pu entendre les téléspectateurs de Pervy Kanal.

Des mots que Ségolène Royal n'a jamais prononcé. Deux jours après ses premiers propos qui ont fait polémique, l'ancienne candidate à la présidentielle a publiquement pris la parole sur Twitter. "Je n'ai jamais nié les crimes de guerre et je m'excuse volontiers auprès des victimes si elles l'ont pensé", a-t-elle écrit sur le réseau social.

"Plaider pour la paix, c'est agir pour l'arrêt des souffrances du peuple ukrainien et de l'agression russe", a-t-elle encore estimé samedi.

Article original publié sur BFMTV.com