Propos sur la police: Audrey Pulvar accepte de rencontrer Gérald Darmanin

·3 min de lecture
La candidate PS aux régionales en IDF Audrey Pulvar (g), ici le 7 septembre 2019 à Cannes, et le ministre de l'Intérieur français Gérald Darmanin, photographié le 26 novembre 2020 à Paris - Loic VENANCE, Thomas COEX © 2019 AFP
La candidate PS aux régionales en IDF Audrey Pulvar (g), ici le 7 septembre 2019 à Cannes, et le ministre de l'Intérieur français Gérald Darmanin, photographié le 26 novembre 2020 à Paris - Loic VENANCE, Thomas COEX © 2019 AFP

"J'ai bien vu l'intention et la main tendue par le ministre de l'Intérieur et je la saisis." En conférence de presse ce mardi, Audrey Pulvar, tête de liste Île-de-France en commun aux élections régionales, a accepté l'invitation de Gérald Darmanin, après deux jours de polémiques et d'annonces croisées de dépôts de plaintes.

Un peu plus tôt mardi, le ministre de l'Intérieur avait pris la parole sur Twitter pour proposer cet échange "dans les prochains jours" à l'ancienne journaliste. "J'ai entendu, ce matin, les propos de madame Audrey Pulvar sur LCI explicitant clairement que, pour elle, la police n'était pas raciste", a-t-il affirmé.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

"Je soutiens la police"

L'entourage du ministre précise par ailleurs que "la plainte n'avait pas encore été déposée, le ministre ayant annoncé son intention dimanche soir et étant en déplacement hier toute la journée". "À ce stade, le ministre souhaite échanger avec Madame Pulvar, rien n'est acté sur le reste", précise la même source.

"Je suis contente que le ministre ait entendu mon propos ce matin dans son intégralité, qui était le même propos que j’ai toujours tenu", a réagi Audrey Pulvar.

Et d'insister: "Non, je ne considère pas que toute la police nationale soit violente ou raciste. Au contraire, je soutiens la police nationale, c’est une institution de la République, que je respecte. Je soutiens les policiers, je sais qu’ils sont des cibles, qu’ils sont en difficulté."

"Il arrive que des policiers se conduisent de fançon anti-républicaine. Et dans ce cas ils doivent être sanctionnés", a poursuivi la candidate aux régionales. "C’est ce que j’ai dit ce matin, ce que j’ai toujours dit et même ce que j’ai dit l’année lors d’une manifestation à laquelle on me reproche aujourd’hui d’avoir participé."

Malgré cette main tendue, "mes avocats ne comptent pas retirer pour l'instant leur intention de déposer plainte", a précisé Audrey Pulvar, qui affirme ne pas savoir "où Gérald Darmanin en est de sa plainte".

Plainte contre plainte

Dimanche, Gérald Darmanin avait indiqué vouloir porter plainte contre Audrey Pulvar, au nom du ministère de l'Intérieur. Il lui reprochait d'avoir "diffamé la police", notamment après avoir jugé "glaçante" la manifestation policière devant l'Assemblée nationale la semaine dernière.

Le ministre visait également une autre déclaration de la candidate, exhumée par Pierre Liscia, soutien de Valérie Pecresse et lui-même candidat aux régionales. Dans le cadre d'une manifestation contre les violences policières en 2020, organisée après la mort de George Floyd aux États-Unis, Audrey Pulvar avait pris la parole pour dénoncer le racisme au sein des forces de l'ordre.

En réponse à cette plainte pour diffamation, l'équipe de campagne de la candidate socialiste avait à son tour annoncé vouloir porter plainte lundi. "Vous avez un ministre de l'Intérieur qui porte plainte en diffamation contre une candidate à des élections dont il a la charge" et tente ainsi de l'"assigner au silence", dénonçait l'avocat Patrick Klugman, qui évoquait une "grossière manœuvre d'intimidation".

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles