Propos polémique sur l'Algérie: le Rassemblement national vole au secours du député José Gonzalez

Le député RN José Gonzalez lors d'une séance de l'Assemblée nationale le 28 juin 2022 - Christophe ARCHAMBAULT / AFP
Le député RN José Gonzalez lors d'une séance de l'Assemblée nationale le 28 juin 2022 - Christophe ARCHAMBAULT / AFP

Le Rassemblement national veut éteindre la polémique. Pour le premier jour de la nouvelle Assemblée nationale ce mardi, il revenait au doyen d'âge des députés de présider la séance. Celui-ci n'était autre José Gonzalez, élu RN des Bouches-du-Rhône.

Lors de son discours, l'homme a évoqué avec émotion son parcours personnel, et notamment sa jeunesse en Algérie française, avant que le pays ne devienne indépendant. Un choix qui a fait tiquer un bon nombre de ses collègues à gauche. Alors que les réactions commençaient à s'accumuler, José Gonzalez a été interrogé après la séance sur son opinion concernant la guerre d'Algérie.

"Franchement, je ne suis pas là pour juger si l'OAS a commis des crimes, je ne sais même pas ce qu'était l'OAS ou presque pas", assure-t-il, créant avec ce commentaire d'autres réactions outrées.

Parmi celles-ci, l'on retrouve Sandrine Rousseau, députée de la Nupes, qui s'est inquiétée sur notre plateau d'une "revisite de l'histoire".

"Un homme de sa génération"

Peu après le discours, le président du Rassemblement national a écrit sur les réseaux sociaux un message de félicitations, montrant bien son soutien à José Gonzalez. "Discours émouvant et rassembleur, élégance de tenue et d'âme de la part de José Gonzalez, député RN et doyen de l'Assemblée. Il nous a tous rendus fiers", a ainsi écrit Jordan Bardella.

D'autres ont pris la parole pour tenter de désamorcer la polémique qui continuait d'enfler à droite. Sébastien Chenu, député RN du Nord, est notamment intervenu sur BFMTV.

"José Gonzalez est un homme de sa génération, qui est meurtri, qui est blessé par ce qu'il s'est passé là-bas", assure-t-il, ajoutant qu'il n'y avait eu aucune volonté "d'ouvrir des polémiques".

Pour Louis Alliot, maire RN de Perpignan, il ne s'agit que d'un témoignage personnel. "C'est un homme de 79 ans, il a vécu ça dans sa chair, il vous donne son ressenti", explique-t-il sur notre antenne.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles