Propos du pape sur l'homosexualité: majorité et gauche dénoncent un "retour en arrière"

Le HuffPost avec AFP
Propos du pape (ici le 26 août dans son avion) sur l'homosexualité: majorité et gauche dénoncent un

RELIGION - Symbole de l'ouverture de l'Église à l'égard des personnes homosexuelles, le pape François a pourtant tenu des propos surprenants ce dimanche 26 août. En conférence de presse dans l'avion qui le ramenait d'Irlande à Rome, il a recommandé le recours à la psychiatrie lorsque des parents constatent des penchants homosexuels dès l'enfance chez leur progéniture.

Un journaliste lui a demandé ce qu'il dirait à des parents constatant les orientations homosexuelles de leur enfant. "Je leur dirais premièrement de prier, ne pas condamner, dialoguer, comprendre, donner une place au fils ou à la fille", a répondu Jorge Bergoglio, avant d'estimer qu'il fallait tenir compte de l'âge des personnes. "Quand cela se manifeste dès l'enfance, il y a beaucoup de choses à faire par la psychiatrie, pour voir comment sont les choses. C'est autre chose quand cela se manifeste après vingt ans", a dit Jorge Bergoglio. "Je ne dirai jamais que le silence est un remède. Ignorer son fils ou sa fille qui a des tendances homosexuelles est un défaut de paternité ou de maternité", a-t-il déclaré.

Les propos ont suscité de vives réactions de la part de la classe politique, notamment du côté de la majorité LREM, rappelant que l'homosexualité "n'est ni un problème, ni une maladie mentale", comme l'écrit le député du Maine-et-Loire Matthieu Orphelin.