Les propos de Michel Barnier sur la justice européenne, trouvent de l’écho au groupe LR du Sénat

·2 min de lecture
Michel Barnier
Michel Barnier

Les détails de sa proposition étaient relativement passés inaperçus dans la torpeur de l’été. Dans une tribune au Figaro le 28 juillet, Michel Barnier défendait la nécessité d’un « moratoire » sur l’immigration. Les modalités n’avaient pas été commentées outre mesure. Les journées parlementaires LR à Nîmes le 9 septembre ont changé la donne. Promettant un référendum pour que la France retrouve sa « liberté de manœuvre » en matière d’immigration, l’ancien ministre des Affaires étrangères a nommé les obstacles à contourner. « Nous ne pouvons pas faire tout cela sans avoir retrouvé notre souveraineté juridique, en étant menacés en permanence d’un arrêt ou d’une condamnation de la Cour de Justice européenne ou de la Convention des droits de l’homme, ou d’une interprétation de notre propre institution judiciaire. »

L’ancien commissaire européen et ex-négociateur du Brexit s’est retrouvé méconnaissable aux yeux de certains. « Comment une telle phrase peut-elle avoir été prononcée par un Européen aussi engagé ? », s’est exclamé le secrétaire d’Etat français aux Affaires européennes Clément Beaune, cité par la lettre d’information Politico. L’eurodéputée LREM, Nathalie Loiseau, a, elle aussi, fait part de sa surprise. « Comme négociateur européen du Brexit, Michel Barnier défendait bec et ongles la primauté de la Cour de Justice de l’UE et de la Cour européenne des droits de l’homme. Ou du moins on l’espère. Comme candidat à une primaire il renierait ce qu’il a défendu ? » A Bruxelles, les propos de l’Européen Michel Barnier ont été accueillis avec « consternation », relate le journal Le Monde.

Autant de critiques que peinent à comprendre ses soutiens. « Il connaît suffisamment bien l’Europe pour étudier toutes les possibilités juridiques. S’il a sorti cela, ce n’est pas sans l’avoir bordé juridiquement », défend la sénatrice Catherine Deroche. La sénatrice, (...) Lire la suite sur Public Sénat

Passe sanitaire, vaccination : ce qu’il faut retenir des annonces de Jean Castex

Le passe sanitaire « concilie les principes de liberté de nos concitoyens et de sécurité sanitaire », assure Adrien Taquet

A droite, « personne ne veut avoir le tatouage de la défaite en participant à la division »

Xavier Bertrand : « Je n’imagine pas gagner cette élection sans l’aide de ma famille politique »

Beauvau de la sécurité : « La pression sécuritaire inédite révèle une organisation défectueuse », affirme Henri Leroy

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles