Réponse à Macron : «Le consentement est une notion très forte en médecine»

·1 min de lecture

Emmanuel Macron a déclaré mardi dans un entretien au "Parisien", être décidé à "emmerder" les non-vaccinés "jusqu'au bout" en "limitant pour eux, autant que possible, l'accès aux activités de la vie sociale". Invitée sur Europe Matin mercredi, la médecin spécialiste en santé publique Alice Desbiolles a estimé qu'il est "plus qu'urgent d'arrêter de chercher des coupables" dans cette crise sanitaire.

>> Retrouvez l'entretien tous les matins à 8h13 sur Europe 1 ainsi qu'en replay et en podcast ici

"Au début, les coupables étaient ceux qui ne respectaient pas le confinement. Ensuite ça a été ceux qui ne respectaient pas les gestes barrières ou portaient mal le masque, puis les enfants et maintenant les non-vaccinés. Je pense que demain ce sera les enfants non-vaccinés", a-t-elle affirmé. "Il est plus qu'urgent de cesser tout ça et de se rappeler que les seuls coupables sont les facteurs qui ont contribué à l'émergence et à la diffusion de cet agent infectieux à l'échelle de la planète."

"Arrêter de stigmatiser"

Alice Desbiolles a affirmé que l'on "bascule de plus en plus la médecine et la santé publique dans le domaine de la morale". "Il y a des bons et des méchants, le bien et le mal. Alors que l'on doit rester uniquement dans le champ de l'éthique et essayer de trouver la meilleure solution possible, celle qui va faire le moins de dommages", a-t-elle encore estimé.

LIRE AUSSI - Pass vaccinal : pourquoi les propos de Macron ont provoqué le chaos à l'Assemblée

Conc...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles