Propos de Macron: pour Castex, "si nous sommes tous citoyens, personne n'emmerdera personne"

·2 min de lecture
Jean Castex le 6 janvier 2022.  - Capture d'écran BFMTV
Jean Castex le 6 janvier 2022. - Capture d'écran BFMTV

876450610001_6290249493001

Le Premier ministre Jean Castex, invité de BFMTV-RMC ce jeudi matin, est revenu sur les propos d'Emmanuel Macron, qui dans une interview publiée mardi soir sur le site internet du Parisien, a déclaré vouloir "emmerder" les personnes non-vaccinées. Des propos qui ont entraîné une vive controverse et reporté l'examen du projet de loi transformant le pass sanitaire en pass vaccinal, finalement adopté en première lecture à l'Assemblée dans la nuit de mercredi à jeudi.

"Vous auriez préféré qu'il les félicite?"

"Si nous sommes tous citoyens, personne n'emmerdera personne", a déclaré Jean Castex, interrogé sur les futurs contrôles d'identité qui pourront être exigés par les patrons de bars et restaurants dans le cadre du pass vaccinal.

Le Premier ministre a de plus tenu à s'inscrire dans la dynamique des propos du président de la République, qu'il a jugé "parfaitement cohérents".

"Vous auriez préféré qu'il les félicite?", s'est ainsi interrogé Jean Castex, à propos des personnes non-vaccinées.

"Les non-vaccinés restent des citoyens"

D'après le Premier ministre, le gouvernement entend faire peser de lourdes contraintes sur les personnes n'ayant pas encore réalisé leur schéma vaccinal, afin de les y inviter.

"Nous souhaitons de plus en plus faire peser la pression sur les non-vaccinés", a assumé Jean Castex. Avant d'ajouter: "Le président de la République peut aussi dire parfois tout haut ce que beaucoup de gens pensent tout bas".

876450610001_6290250986001

Quant à la suite des déclarations d'Emmanuel Macron, avançant qu'"un irresponsable n'est plus un citoyen", l'interprétation faite par certains est erronée, toujours selon Jean Castex. "Les non-vaccinés restent des citoyens", a-t-il assuré. Avant d'avancer que "quand on est citoyen, on a des droits, et aussi des devoirs, ça s'appelle le civisme".

"On est en société, on ne peut pas dire: par mon choix, j'embolise les services de réanimation", a jugé le Premier ministre.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles