"Propos inacceptables" envers un chercheur français : l'ambassadeur de Chine convoqué

·2 min de lecture

L'ambassadeur de Chine en France, Lu Shaye, a été convoqué par le ministère des Affaires étrangères après des «propos inacceptables» à l'encontre d'un chercheur et de parlementaires français.

Après les invectives, la convocation. Mardi, l'ambassadeur de Chine en France Lu Shaye a été convoqué par le ministère des Affaires étrangères, à la demande du ministre Jean-Yves Le Drian, «pour lui signifier l'ensemble des griefs que [nous avions] à son encontre», a expliqué le Quai d'Orsay. Les griefs comprennent, entre autres, des propos tenus à l'encontre d'un chercheur et de parlementaires français. «L'insulte, l'invective, la menace contre des parlementaires, des chercheurs, des journalistes, cela pose des problèmes de fond qui ressorte de méthodes d'intimidation», a ajouté le ministère, selon l'AFP. Bertrand Lortholary, directeur Asie du ministère, a signifié à Lu Shaye que «les méthodes de l'ambassade, la tonalité de sa communication publique étaient parfaitement inacceptables et franchissaient toutes les limites communément admises pour une ambassade, où qu'elle se trouve». «En s'en prenant à des élus de la République, l'ambassadeur a personnellement méconnu le principe de séparation fondamentale des pouvoirs et est invité à l'observer désormais de la façon la plus stricte», a poursuivi la source.

Lundi, le compte Twitter de l'ambassade de Chine en France avait fait savoir que Lu Shaye allait se rendre au ministère des Affaires étrangères «pour entreprendre des démarches auprès de la partie française sur les sanctions imposées par l'UE aux individus et aux entités chinois et les questions liées à Taïwan», réponse aux sanctions décidées par l'Union européenne sur quatre dirigeants passés ou actuels du Xinjiang, région chinoise où le traitement réservé à la minorité ouïghoure est décrié.

Une première convocation en avril 2020

Ce même compte Twitter, très actif depuis un an, a traité de «petite frappe» Antoine(...)


Lire la suite sur Paris Match