Propos de Frédérique Vidal sur "l'islamo-gauchisme" : "C'est compliqué de parler de dérapage"

La ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, Frédérique Vidal, a provoqué un tollé en pointant du doigt "l'islamo-gauchisme" qui toucherait selon elle les universités. "C'est un peu compliqué de parler de dérapage, car elle tient ces propos deux fois : une première fois sur CNews, dimanche 14 février, puis mardi 16 à l'Assemblée nationale, où elle assume et répète qu'il y aura une enquête du CNRS", détaille Sarah Paillou, journaliste au Journal du dimanche, sur le plateau du 23 Heures de franceinfo, jeudi 18 février. "Une faute de timing" "On se demande si ce n'est pas une 'droitisation' (du gouvernement) pour essayer d'attraper un certain électorat, notamment du côté des Républicains. Mais c'est perçu comme quelque chose de malvenu car on a toutes ces problématiques autour des étudiants. Ce qui se murmure dans l'entourage du chef de l'Etat, c'est que ce n'était vraiment pas le bon moment, qu'il y a une faute, ne serait-ce que de timing mais également stratégique", analyse de son côté Alexandre Peyrout, journaliste au service politique de France Télévisions.