Publicité

Propos de Donald Trump sur l'Otan: un coup d'aiguillon pour la défense européenne?

L’ancien président et candidat Donald Trump a décidé de s’aventurer sur un de ses anciens terrains favoris, la polémique contre les alliés de l’Otan, une organisation qu’il avait qualifiée il y a sept ans d’« obsolète ». En affirmant qu’il ne protégerait pas contre la Russie un pays qui ne paie pas sa part des défenses militaires.

Selon le président du Conseil européen, Charles Michel, ces déclarations imprudentes ne servent que les intérêts de Vladimir Poutine mais elles ont au moins le mérite de remettre le projecteur sur la nécessité d’une défense européenne, écrit notre correspondant à Bruxelles, Pierre Benazet. Et Jens Stoltenberg, le secrétaire-général de l’Otan lui-même, dénonce des propos qui sapent la sécurité commune et avertit que toute agression russe «entraînera une réponse unie et énergique».

Assurer une part du fardeau

Mais en fait, Donald Trump ravive une question traditionnelle depuis des décennies de la part de tous les dirigeants américains, une demande pressante aux alliés européens d’assumer leur part du fardeau et de contribuer à leur propre défense, en particulier financièrement. Au sommet de Bruxelles de 2018 Trump avait obtenu des alliés européens qu’ils s’engagent à tenir les objectifs, soit consacrer 2% de leur produit intérieur brut aux dépenses militaires.


Lire la suite sur RFI