Propos de Vincent Peillon sur les "chambres à gaz" : la polémique en trois actes

Clément Parrot

Une nouvelle gaffe. Vincent Peillon s'est un peu emmêlé les pinceaux lors d'une interview sur franceinfo, vendredi 10 mars au matin. Le conseiller politique de Benoît Hamon a fait référence aux "chambres à gaz", en voulant expliquer que le mouvement En marche ! d'Emmanuel Macron agrégeait des gens venus du parti Les Républicains (ex-UMP) comme du PS. Retour sur la polémique en trois actes.

Acte 1 : Vincent Peillon trébuche

"Il semblerait qu'il y a des gens de l'UMP et du PS qui se mettent ensemble", a expliqué sur franceinfo Vincent Peillon. "Il y a quelque chose de têtu dans l'Histoire, c'est comme cela que l'on sait qu'il y a eu des chambres à gaz et qu'on ne peut le nier, il y a des gens de l'UMP et du PS." Quand les journalistes soulèvent que la comparaison est hasardeuse, l'ancien ministre tente de s'expliquer une nouvelle fois : "Je suis sur des faits, vous me dites 'vous êtes sur une interprétation', moi je suis sur "les faits s'obstinent", "les faits engagent"... On n'est pas dans l'interprétation."

Acte 2 : En marche ! demande la tête de l'ancien ministre

Le porte-parole d'En marche !, Benjamin Griveaux, a demandé dans un communiqué "le retrait de Vincent Peillon de la campagne de Benoît Hamon", après cette référence maladroite aux chambres à gaz. "Vincent Peillon a franchi un pas supplémentaire dans l’ignominie", a détaillé le mouvement d'Emmanuel Macron dans une publication sur Facebook. Dénonçant le climat de la campagne, le communiqué ajoute : "La comparaison d’En Marche avec les chambres à gaz est un point de non-retour."

Nous ne participerons pas à cette escalade mortifère pour notre démocratie, et dont l’indignité n’a qu’une seule conséquence : faire monter le Front national.

En marche !


Acte 3 : (...) Lire la suite sur Francetv info

Primaire de la gauche : "Ce qui est crédible, c'est ce que choisiront les électeurs" selon Didier Le Bret, soutien de Vincent Peillon
VIDEO. Primaire de la gauche : Peillon appelle les électeurs à "amplifier leur vote" au second tour, sans donner de consigne
Primaire de la gauche : Vincent Peillon arrive seulement en quatrième position
Alexis Corbière compare la caricature d'Emmanuel Macron à une affiche nazie
Caricature d'Emmanuel Macron : "Cela me rappelle une affiche du parti nazi dans les années 30"

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages