La propagation de la variole du singe est-elle liée à l'éradication de la variole ?

Le 8 mai 1980, à l'occasion de la 33e Assemblée mondiale de la santé, la variole est déclarée officiellement éteinte : « Tous les peuples du monde sont désormais libérés de la variole. » C'est le résultat d'une campagne de vaccination menée pendant 10 ans par l'OMS, durant laquelle un demi-milliard de doses antivarioliques ont été distribuées de par le monde. Ainsi disparaissait une maladie connue depuis l'Antiquité, mortelle dans 30 % des cas et responsable de 300 millions de morts durant le XXe siècle.

Si l'éradication de la variole est une victoire indiscutable, elle a deux conséquences négatives : les enfants qui naissent après l'arrêt de la campagne vaccinale ne sont pas protégés contre la maladie, faisant craindre une attaque bio-terroriste ; un problème rapidement réglé par les pays riches qui ont stocké des doses de vaccins au congélateur. La seconde conséquence concerne les pays d'Afrique où la variole du singe est endémique. Le vaccin antivariolique protégeait aussi les populations locales contre cet autre orthopoxvirus. Pour répondre aux craintes, l'OMS lance une surveillance de la variole du singe entre 1981 et 1986 à l'issue de laquelle il est conclu que la maladie ne représente pas un problème majeur de santé publique. Les personnes en contact avec la variole du singe sont donc laissées sans alternative pour se protéger du virus.

Variole du singe : ce que l'on sait sur le virus

La variole du singe explose avec la diminution de l'immunité contre la variole

Une conclusion qui résonne étrangement avec la situation actuelle. En effet, une étude parue en 2010 et menée par les scientifiques de l'école de la Los Angeles School of Public Health conclut que les trente années suivant l'arrêt de la vaccination antivariolique, l'incidence de la variole du singe a augmenté d'un facteur 20 dans les régions surveillées en République démocratique du Congo, pays où le virus est le plus actif. Les données de suivis récoltées entre 2005 et 2007 par les scientifiques...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles