Les promesses du FN, entre tout et son contraire

Libération.fr

Sortie de l’Union européenne, réforme des retraites, rétablissement de la peine de mort… Marine Le Pen entretient nombre d’ambiguïtés.

La meilleure volonté du monde n’y suffit pas : en matière européenne, on ne comprend plus, ou fort mal, le projet de Marine Le Pen. La candidate voulait escamoter d’impopulaires promesses, elle les aura seulement complexifiées, s’exposant aux attaques de son adversaire. Controversé, le plan initial avait au moins le mérite de la clarté : sitôt parvenue au pouvoir, Marine Le Pen ouvrirait des négociations avec Bruxelles et les Etats membres. Celles-ci dureraient six mois et seraient conclues par un référendum (lire ci-contre). Mais c’est un autre discours qu’ont tenu ces derniers jours les orateurs frontistes. Pour commencer, les négociations ne seraient ouvertes qu’après les élections en Allemagne et en Italie. Donc pas avant la fin 2017, au mieux. Quant à leur durée, «ce sera peut-être huit mois honnêtement, ou dix», a estimé Marine Le Pen mardi sur France 2. Voilà le terme du chantier reporté à la fin 2018, toujours dans l’hypothèse la plus favorable. Et encore : «Si jamais les Français décident de sortir de l’UE, là il y a deux ans [de négociations], c’est la situation dans laquelle se trouvent les Britanniques», a encore souligné Marine Le Pen. C’est donc en fin de quinquennat seulement que pourrait être effective une promesse dont la candidate a elle-même jugé qu’elle conditionne «70 %» de son programme.

«Effort». C’est à la même échéance que Marine Le Pen a renvoyé mardi le retour à 60 ans de l’âge légal de la retraite (avec une durée de cotisation fixée à quarante ans pour un départ à taux plein). Voilà plusieurs années que le FN entretient le flou autour de cette mesure, d’un coût d’environ 25 milliards d’euros, déjà conditionnée à une amélioration de l’emploi et des finances publiques. A défaut, a prévenu Marine Le Pen en mars, «je dirai aux Français : "j’ai fait tout ce qui est nécessaire, là je suis obligée de me (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

Une internationale brune très fragile
Artillerie
BasSE du front
Des soutiens solides mais informels
Deux projets de société pour une France divisée

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages