Des promesses et des doutes : ce qu'il faut retenir du sommet sur le climat organisé par Joe Biden

franceinfo avec AFP
·2 min de lecture

Les États-Unis et d'autres pays se sont engagés à baisser de manière significative leurs émissions de gaz à effet de serre. Toutefois, certains s'alarment en évoquant la situation actuelle.

"Nous avons fait de grands progrès !" Le président des États-Unis, Joe Biden, s'est félicité, vendredi 23 avril, du sommet virtuel entre dirigeants du monde qu'il a organisé sur le climat. L'objectif était notamment de tourner la page de l'ère climatosceptique des années Trump et de préparer la COP26, conférence des Nations unies sur le climat qui doit se tenir du 1er au 12 novembre à Glasgow (Ecosse). Voici les annonces à retenir en marge de ce sommet, qualifié de "début du chemin" en vue d'un accord pour faire face aux dérèglements climatiques.

Les États-Unis doublent leur objectif de réduction de gaz à effet de serre

Vantant les bénéfices économiques "extraordinaires" qui peuvent découler des réformes écologiques, le 46e président des Etats-Unis a promis de réduire les émissions de gaz à effet de serre de la première économie mondiale de 50% à 52% d'ici 2030 par rapport à 2005. Cet objectif double quasiment l'ancien engagement du deuxième pollueur mondial, qui s'était fixé une diminution de 26% à 28% à l'horizon 2025. Il doit permettre à l'économie américaine d'atteindre la neutralité carbone d'ici 2050. Selon le groupe Climate Action Tracker (CAT), c'est "une avancée significative", même s'il faudrait réduire les émissions d'au moins 57% d'ici 2030 pour contribuer à l'objectif d'un réchauffement maintenu à +1,5°C.

Pour manifester clairement sa rupture avec la politique de son prédécesseur, le président des Etats-Unis a tweeté : "L'Amérique est de retour", en rappelant (...)

Lire la suite sur Franceinfo

Ce contenu pourrait également vous intéresser :

A lire aussi