Le projet de ville flottante des Nations Unies

·2 min de lecture
DR

Face au péril de la montée des eaux, l’organisme international Onu-Habitat soutient le projet d’une cité aquatique de quelque 10 000 habitants. Un espoir pour les États « Titanic » du Pacifique. Mais pas que pour eux…

On le sait, le péril est à nos portes. Ou plutôt, à nos ports. Deux habitants de la planète sur cinq vivent à moins de 100 kilomètres des côtes. Face à la montée des eaux, 500 villes côtières sont menacées. Et, d’ici à 2100, près de 1,5 milliard de personnes seront affectées. Parmi celles-ci, au moins 280 millions deviendront des réfugiés climatiques. Et même en France, où on estime à 450 000 le nombre de ceux qui devront abandonner leur habitat. Principalement en Aquitaine et dans les Hauts-de-France.

Devant cette situation, le monde se prépare. C’est ainsi que, sous l’impulsion de l’Onu, une ville flottante baptisée Oceanix doit voir le jour. Imaginée par la start-up du même nom, le célèbre cabinet danois Bjarke Ingels Group (BIG) et des chercheurs du MIT, cette cité sur la mer sera mobile, à moins de 2 kilomètres des côtes, et modulable. Elle sera composée de « quartiers » consistant en une plateforme hexagonale de 2 hectares, limitée à une hauteur de 6 étages et pouvant accueillir 300 habitants, qui s’aggloméreraient ensuite, comme un Lego. Étendant ainsi sa surface jusqu’à six « villages » de six quartiers.

Des cités écoresponsables et autonomes en énergie

Ces villes ex nihilo seront 100 % écoresponsables et réalisées dans un matériau durable, le « biorock », un corps naturel formé par les minéraux sous-marins qui se renforce au fil du temps. Et même se répare grâce à un procédé qui utilise le courant électrique : l’accrétion minérale électrolytique. « Nous devons prendre l’engagement d’une construction conçue pour durer cent cinquante ans », avance Marc Collins Chen, P-DG d’Oceanix. Ces cités seraient autonomes en énergie, grâce à des panneaux solaires, des mini-éoliennes ou des bouées chargées de transformer(...)


Lire la suite sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles