Projet de sanctions de la Commission européenne: Varsovie soutient Budapest

L’Union européenne veut priver la Hongrie de 7,5 milliards d’euros de subventions. Bruxelles a demandé au Conseil européen de se prononcer sur le cas de la Hongrie, qui ne respecterait pas l’État de droit. Une proposition de la Commission qui n’est pas du goût de la Pologne, qui a rapidement volé au secours de son allié hongrois. Le président du Conseil des ministres polonais, Mateusz Morawiecki, s’oppose fermement à cette démarche.

Avec notre correspondant en Pologne, Martin Chabal

C’est un soutien logique de la part de la Pologne. Viktor Orban est un allié et Mateusz Morawiecki le sait, le vent pourrait tourner pour lui aussi. Car Varsovie est en conflit permanent avec Bruxelles, notamment dans le secteur judiciaire. L’Union européenne s’attend à ce que la Pologne prenne des mesures concrètes pour garantir l’indépendance de ses juges.

Deux mois

La voix de la Pologne soutiendra donc la Hongrie au Conseil européen qui doit prendre la décision finale. D’ici là, Budapest a deux mois pour mettre en œuvre le nécessaire pour avoir le droit à cette aide de 7,5 milliards d’euros.

Ce nouveau conflit marque la fin de la trêve entre les régimes autoritaires européens et l’UE. La guerre en Ukraine avait laissé place à une certaine accalmie et la Pologne, terre d’accueil de nombreux réfugiés ukrainiens, bénéficiait de la clémence de l’exécutif européen.

Droit de veto

Mais ce changement de ton pourrait poser des problèmes à Bruxelles dans sa lutte contre la Russie de Vladimir Poutine. La Hongrie, tout comme la Pologne, bénéficient d’un droit de veto et pourraient bloquer les futures sanctions.


Lire la suite sur RFI