Projet de «mégabassine» : Sainte-Soline vire à la bataille politique

© pascal lachenaud / AFP

Le sujet des «mégabassines» cristallise les débats en France. Après les affrontements contre les forces de l'ordre samedi, 2.000 activistes écologistes occupent toujours un terrain à proximité du chantier d'une de ces rétentions d'eau. Ils ont ce dimanche sectionné à la disqueuse des canalisations en bordure du site de Sainte-Soline dans les Deux-Sèvres. Une situation qui agite, sur place comme dans la sphère politique.

>> Retrouvez Europe soir week-end en podcast et en replay ici

"Ces projets-là nous envoie dans le mur"

Sainte-Soline vire à la bataille politique. À gauche, c’est Sandrine Rousseau qui monte au créneau pour défendre les occupants de ce terrain, et va presque jusqu’à cautionner la violence de certains au vu du déploiement des forces de l’ordre. "La manière dont on maintient la paix joue un rôle dans l'exacerbation des violences", a-t-elle expliqué. "Il y a eu des tirs de LBD : pourquoi un tel déploiement de police pour juste une manifestation écologiste ? Je pense qu'il est bien qu'il y ait des militants qui occupent le terrain pour signifiait que ces projets-là nous envoie dans le mur."

Un projet validé localement pourtant par toute les instances. Dimanche matin, c'est François-Xavier Bellamy qui a réagi lors du Grand Rendez-Vous sur Europe 1 : "Ils sont le symptôme qu'une certaine gauche, une certain dérive de l'écologie politique qui finalement renonce aux principes même de la démocratie et de la vie civique", estime le député européen.

 

>> L...


Lire la suite sur Europe1