Le projet de loi de programmation du ministère de l'Intérieur largement adopté à l'Assemblée

© Jacques Witt/SIPA

Déjà voté au Sénat, le projet de loi de programmation et d’orientation du ministère de l’Intérieur a été largement adopté à l’Assemblée nationale ce mardi, par 419 voix pour contre 116 (35 abstentions), rapporte l'AFP. Le texte prévoit quinze milliards d'euros supplémentaires sur cinq ans ainsi que des mesures de simplification de procédure pénale, qu’une partie de la gauche avait rejetées. Le projet de loi a été adopté grâce au concours des députés LR, RN et Liot tandis que le groupe socialiste s’est abstenu. Après ce vote, le ministre de l’Intérieur a salué un texte « historique » donnant aux « policiers, gendarmes, pompiers et agents de préfecture des moyens pour protéger les Français ».

Le texte avait été en effet largement combattu par les communistes, écologistes et Insoumis. Un des députés insoumis justement, Ugo Bernalicis, avait d’ailleurs lancé le 14 novembre : « Si j'avais été à Beauvau, nous n'aurions pas les fameux ‘policiers augmentés’ que nous vend Gérald Darmanin : une sorte de synthèse entre Terminator et Robocop. » Raison pour laquelle les trois groupes ont voté contre, pas seulement à cause des crédits supplémentaires, mais à cause de dispositions qui les accompagnent. Ils pointaient du doigt notamment l'extension du nombre de délits qui pourront être assujettis à une amende forfaitaire délictuelle ; celle-ci pourra être infligée par un agent en dehors d'un procès, par exemple pour entrave à la circulation routière.

Lire aussi - Emmanuel Macron va présent...


Lire la suite sur LeJDD