Projet de loi sur le pouvoir d'achat : les limites d'un texte qui fait débat

© Xose Bouzas / Hans Lucas / Hans Lucas via AFP

« Limiter les effets de l'inflation sur le pouvoir d'achat » Voilà le principal objectif de la loi pour le pouvoir d'achat, présentée par le gouvernement et examinée par les députés depuis lundi. Revalorisation des pensions de retraites, de l'allocation aux adultes handicapés et du RSA, résiliation des abonnements facilitée… Les mesures sur lesquelles vont plancher les députés sont nombreuses, et visent notamment à « protéger les plus vulnérables » selon les députés Renaissance. « C'est bien qu'il y ait un texte qui se préoccupe du pouvoir d'achat » note Christophe Robert, délégué général de la Fondation Abbé Pierre. « Il y a des choses intéressantes, cela veut dire que la puissance publique reconnait les difficultés des Français » confie-t-il au JDD. « Dans un contexte d'urgence sociale et de crise économique, cette loi a le mérite d'exister » souligne quant à lui Jean-Félix Acquaviva, député Libertés et Territoires de la deuxième circonscription de Haute-Corse. Une bonne intention, mais des propositions qui font grincer des dents. Certaines mesures, d'après l'élu, « sont sujet à interprétation critique ».

Lire aussi - Loi sur le pouvoir d’achat, Macron sur le Tour… Voici les 7 infos dont vous allez entendre parler demain

Des revalorisations insuffisantes

En tête de liste : l'insuffisance des revalorisations proposées par la majorité. 4 % pour les pensions de retraites, les allocations familiales, le revenu de solidarité active, et l'allocation aux adultes handicapés. Un ch...


Lire la suite sur LeJDD

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles