Le projet de loi sur le pouvoir d'achat adopté à l’Assemblée à l'issue de longs débats

© REUTERS

La thématique avait électrisé l’élection présidentielle, avant de s'inviter dans l'hémicycle. Chantier d'urgence du gouvernement Borne, le projet de loi pour la protection du pouvoir d'achat a été approuvé dans la nuit du jeudi 21 au vendredi 22 juillet. Peu avant 6 heures du matin, le texte a recueilli 341 avis favorables d'élus et 116 voix opposantes, a annoncé l'Agence France-Presse. Sans poids réel pour peser dans la balance, 21 abstentions ont également été comptabilisées. Cette approbation générale a entraîné une vague d'applaudissements au sein de l'Assemblée nationale. L'examen des mesures proposées avait débuté ce lundi. Les discussions auront duré plus de quatre jours, durant lesquels les passes d'armes se sont multipliées, menant à plusieurs interruptions de séance et rappels au règlement.

Pour l'heure, il reste difficile de résumer le texte adopté par l'Assemblée. Il prévoit notamment le triplement à 6 000 euros du plafonnement de la prime Macron, le plafonnement de la hausse des loyers à 3,5 % dans l'Hexagone et la facilitation de la résiliation en ligne des abonnements. Une partie des propositions avait été adoptée en premier lieu, mercredi 20 juillet. Entre autres, les députés étaient tombés majoritairement d'accord sur la revalorisation de 4 % des retraites et des prestations sociales, mais aussi sur la déconjugalisation de l'allocation adulte handicapé (AAH).

Lire aussi - Majorité relative à l’Assemblée : la culture du compromis est-elle impossible en Fran...


Lire la suite sur LeJDD

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles