Projet de loi liant liberté de mouvement et vaccin : Véran dénonce une "mauvaise polémique"

·2 min de lecture

Olivier Véran a fait une mise au point sur le projet de loi sur les futures crises sanitaires que l'opposition considère comme une possible restriction à la liberté de déplacement pour ceux qui ne se feraient pas vacciner contre le Covid-19. 

La vaccination contre le coronavirus ne sera pas obligatoire. Olivier Véran a martelé cette affirmation mardi sur le plateau du 20 heures de TF1. Cette intervention a pris la forme d'une mise au point alors que l'opposition est montée au créneau plus tôt dans la journée au sujet d'un texte du projet de loi présenté en conseil des ministres qui prévoit des mesures de gestion de crises en cas de nouvelle crise sanitaire. Ce texte prévoit que, dans les territoires où l'état d'urgence est déclaré, le Premier ministre puisse «subordonner les déplacements des personnes» à «la présentation des résultats d'un test de dépistage» négatif ou «au suivi d’un traitement préventif, y compris à l'administration d’un vaccin». Certains redoutent la mise en place d'un «passeport sanitaire».

A lire aussi : Covid-19 : La campagne de vaccination en France commencera dimanche

Interrogé sur ce projet sur TF1 par Julien Arnaud, Olivier Véran a déclaré que «la vaccination contre le coronavirus ne sera pas obligatoire ni pour prendre un transport en commun, ni pour entrer dans un restaurant ni évidemment pour aller travailler», évoquant une «mauvaise polémique qui est née de la responsable du Front national». Marine Le Pen avait dénoncé ce projet de loi dans un communiqué : «De façon sournoise, ce texte envisage non pas de rendre la vaccination obligatoire, mais d’empêcher toute vie sociale aux personnes qui ne le seraient pas», avait-elle notamment écrit, parlant de «mesure d’essence totalitaire».

Un texte présenté au Parlement dans "les prochains mois"

«Ce texte n'a pas du tout vocation de la vaccination obligatoire contre le coronavirus», a insisté le ministre de la Santé, qui a précisé que le texte serait présenté au Parlement «dans les(...)


Lire la suite sur Paris Match