Projet de loi antiterroriste : "Il ne faut pas confondre la politique de lutte contre le terrorisme et la politique migratoire", estime Jean Castex

Jean Castex a refusé d'établir un lien entre l'immigration illégale et le terrorisme en France, mercredi 28 avril, lors d'une conférence de presse à l'Elysée. "Il ne faut pas confondre la politique de lutte contre le terrorisme et la politique migratoire, a-t-il déclaré. Confondre ces deux politiques atténuerait l'une et l'autre." Le Premier ministre était interrogé sur l'attentat de Rambouillet, dont l'auteur était un ressortissant tunisien entré en France de façon irrégulière en 2009. Dans l'opposition de droite et d'extrême droite, des responsables ont réclamé un durcissement de la politique migratoire, au nom de la lutte contre le terrorisme. "Certains de ces terroristes étaient arrivés depuis peu sur notre territoire, et parfois étaient en situation irrégulière, a reconnu Jean Castex, ce qui nous conduit à vous dire que nous devons lutter et que nous luttons contre l'immigration irrégulière avec une détermination totale." Mais le chef du gouvernement estime que cette lutte passe par des mesures distinctes de celles prises contre le terrorisme, dont le projet de loi présenté mercredi en Conseil des ministres, pour "une question d'efficacité". Mercredi matin sur France Inter, le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, avait, lui, cité "l'immigration irrégulière" comme un des problèmes mis en lumière par le profil de l'auteur de l'attentat de Rambouillet. Et avait interrogé "la responsabilité des employeurs", Jamel Gorchene ayant été régularisé car il avait un contrat de travail.