Le projet d'avion de combat Scaf en bonne voie après l'accord entre Dassault et Airbus

AFP - ERIC PIERMONT

Enlisé depuis plus d'un an, le projet d'avion de combat du futur, le Scaf, avance. Un accord industriel a été trouvé entre Dassault et Airbus et devrait permettre la construction d'un démonstrateur d'ici à trois ans.

Le 9 novembre, sur le pont d'envol du porte-hélicoptère Dixmude, à l'occasion de la présentation de la revue stratégique par Emmanuel Macron, le patron de Dassault Aviation, Éric Trappier était tout sourire. « Maintenant qu'Airbus a dit "oui", il n'y a plus de raison pour que je ne signe pas », avait-il déclaré aux journalistes qui l'interrogeaient sur le Scaf.

Cet accord est l'aboutissement d'un bras de fer qui aura duré plus d'un an entre Airbus, qui représente les intérêts allemands, et Dassault, le fabricant français du Rafale. La pierre d'achoppement était les commandes de vol de l'appareil du futur. Dassault, grâce au Rafale, possède un savoir-faire reconnu. Mais le français n'entendait pas partager ses brevets avec Airbus Allemagne. Face à l'impasse, le Français évoquait même un plan B.

Un démonstrateur pour 2025

►À écouter aussi : Invité International - Défense européenne : « Il y a une prise de conscience que l'Europe peut être menacée »


Lire la suite sur RFI