Projet d’attentat déjoué en France en 2016 : Réda Kriket condamné à 24 ans de prison

Source AFP
·1 min de lecture
Le parquet national antiterroriste (Pnat) avait réclamé la perpétuité à son encontre.
Le parquet national antiterroriste (Pnat) avait réclamé la perpétuité à son encontre.

Réda Kriket, accusé d'avoir projeté un attentat djihadiste en France en 2016, déjoué avec la saisie en mars 2016 d'un arsenal de guerre dans un appartement de la région parisienne, a été condamné vendredi 9 avril à Paris à vingt-quatre ans de réclusion criminelle.

Après sept heures de délibéré, les cinq magistrats professionnels ont condamné à la même peine de vingt-quatre ans de réclusion deux coaccusés de Réda Kriket, Anis Bahri et Abderrahmane Ameuroud, présentés par l'accusation comme « le trio à la man?uvre » d'un projet d'attaque qui « s'annonçait meurtrière ». Le parquet national antiterroriste (Pnat) avait réclamé la réclusion criminelle à perpétuité à l'encontre des trois hommes. Tous trois sont restés stoïques dans leur box à l'énoncé du verdict.

Un arsenal « d'une ampleur inédite »

Le 24 mars 2016, deux jours après les attentats de Bruxelles, la police avait saisi dans un logement loué depuis huit mois sous un faux nom par Réda Kriket à Argenteuil (Val d'Oise) un arsenal « d'une ampleur inédite » : treize armes, dont cinq fusils d'assaut, une quantité de munitions, des explosifs, ainsi que des milliers de billes métalliques. Les trois principaux accusés, « acquis aux thèses djihadistes », selon l'accusation, et dont les profils génétiques ont été mis en évidence dans l'appartement d'Argenteuil, notamment sur des armes, ont toujours contesté tout projet d'attaque terroriste.

À LIRE AUSSIINFO LE POINT. Opération de la DGSI à Béziers : 5 femmes

« Je n'a [...] Lire la suite