Projet d’attentat avant l’Euro 2016 : perpétuité requise contre Réda Kriket

Source AFP
·1 min de lecture
Réda Kriket a toujours contesté avoir voulu commettre un attentat (illustration).
Réda Kriket a toujours contesté avoir voulu commettre un attentat (illustration).

Le Parquet national antiterroriste (Pnat) a requis, mardi 6 avril, à Paris, la réclusion criminelle à perpétuité contre Réda Kriket, « fil conducteur » d'un projet d'attentat djihadiste déjoué à quelques semaines de l'Euro de football en 2016. La même peine maximale, assortie d'une période de sûreté de 22 ans, a été demandée à l'encontre de deux coaccusés de Réda Kriket, Anis Bahri et Abderrahmane Ameuroud, « le trio à la man?uvre » de cette attaque qui « s'annonçait meurtrière », déjouée avec la saisie d'un arsenal de grande ampleur en région parisienne.

Le 24 mars 2016, deux jours après les attentats de Bruxelles, les enquêteurs avaient découvert dans un logement à Argenteuil (Val-d'Oise), loué sous un faux nom depuis l'été 2015 par Réda Kriket, treize armes dont cinq fusils d'assaut, une quantité de munitions, des kilos d'explosifs dont du TATP, une substance prisée de l'État islamique (EI), ainsi que des milliers de billes métalliques.

Un ex-délinquant de 39 ans

C'est « bien plus qu'un arsenal », a lancé l'une des avocates générales, relevant qu'il « aura fallu seize longues heures pour venir à bout » de la perquisition de cet « appartement conspiratif », dans lequel ont été mis en évidence les profils génétiques de Réda Kriket, d'Anis Bahri et d'Abderrahmane Ameuroud. La magistrate a souligné leur « engagement ancien, persistant envers une cause qui dépasse le seul engagement religieux ». « Leur motivation à eux, c'est le djihad [?] et l'objectif était b [...] Lire la suite