Projet d'attentat à Béziers : une ado fascinée par l'ultra-violence

Par LePoint.fr
·1 min de lecture
La DGSI a interpellé la jeune femme début avril (illustration).
La DGSI a interpellé la jeune femme début avril (illustration).

Le profil de l'adolescente arrêtée à Béziers se dessine. Interpellée lors d'une opération de la DGSI, comme le révélait Le Point le 4 avril dernier, la jeune fille de 18 ans soupçonnée de préparer un attentat a été présentée à un juge antiterroriste et mise en examen pour « association de malfaiteurs terroriste criminelle » et « détention de produits incendiaires ou explosifs » en relation avec une entreprise terroriste.

Leïla B. était en garde à vue depuis son arrestation dans la nuit de samedi à dimanche, en plein week-end de Pâques, après une perquisition au domicile familial, dans un quartier populaire de Béziers. Elle a été placée en détention provisoire, conformément aux réquisitions du parquet antiterroriste (Pnat). La jeune femme était pourtant inconnue des services, jusqu'à un renseignement très récent « faisant état d'une menace d'attentat contre une église », selon un communiqué du Pnat.

« Je vais faire sauter, détruire des trucs, buter tous les gens sur mon chemin »

Les premières avancées de l'enquête, dont Le Parisien se fait l'écho, brossent le portrait d'une jeune fille fascinée par la violence. C'est ce dont témoigne notamment un carnet retrouvé lors des perquisitions au domicile familial, une sorte de journal intime macabre, dans lequel la jeune fille détaillait ses plans. Selon le quotidien, ce carnet regorge de représentations de pistolets, de couteaux, de schémas de fabrication d'explosifs, mais aussi des sourates incitant au djihad, des c [...] Lire la suite