Projet d'attaque contre Emmanuel Macron en 2018 : 13 personnes renvoyées en correctionnelle

© Julien Mattia / NurPhoto / NurPhoto via AFP

Les juges d'instruction antiterroristes chargés de l'enquête sur les "Barjols", un groupe proche de l'extrême droite identitaire soupçonné d'avoir envisagé une attaque contre Emmanuel Macron en 2018 , ont ordonné un procès correctionnel pour 13 personnes, a appris mercredi l'AFP de source proche du dossier. Ces onze hommes et deux femmes seront jugés à Paris pour le délit d'association de malfaiteurs en vue de la préparation d'actes de terrorisme. Le procès est prévu entre le 17 janvier et le 2 février prochains.

Arrestation de sympathisants d'extrême droite en 2018

L'information judiciaire avait été ouverte peu après l'arrestation le 6 novembre 2018 de plusieurs sympathisants de l'extrême droite radicale. Les investigations avaient ensuite mené à la mise en examen de 14 personnes au total, pour association de malfaiteurs terroriste criminelle, passible des assises. Mais à l'issue de près de quatre ans d'instruction, le Parquet national antiterroriste avait demandé une requalification des faits pour que douze personnes soient jugées pour association de malfaiteurs terroriste délictuelle, infraction jugée devant le tribunal correctionnel, et requis un non-lieu pour deux autres personnes.

>> LIRE AUSSIEXCLUSIF - Menaces d'attaques contre Macron : un an après, les suspects assurent n’avoir "jamais voulu tuer qui que ce soit"

 

Finalement, les juges d'instruction ont décidé de renvoyer devant le tribunal correctionnel treize personnes et ordonné l'abandon des poursuites ...


Lire la suite sur Europe1