Ces progressistes américains qui veulent annuler la cancel culture

·1 min de lecture

Aux États-Unis, de plus en plus de leaders d'opinion "woke" renient la cancel culture, et prennent ouvertement position, notamment sur Youtube, contre cette nouvelle forme de censure.

Vu de France, c'est un bloc, une force dont les idées irriguent le champ politique outre-Atlantique, et ruissellent jusqu'à l'Hexagone : les progressistes américains, apôtres du "wokisme", sont perçus uniformément, ou presque, comme les ayatollahs de la cancel culture, cette pratique consistant à exclure du débat public quiconque ne vivrait pas en conformité avec les commandements moraux de l'antiracisme, du féminisme et des luttes minoritaires. Toutefois, force est de constater qu'un certain nombre de "leaders d'opinion" progressistes, dont les vidéos publiées sur Youtube rassemblent des millions de spectateurs, ont largement pris leurs distances avec la cancel culture, bien souvent après en avoir subi les affres.Mettant à profit la puissance des réseaux sociaux pour inverser le rapport de force entre dominés anonymes et isolés et dominants célèbres et entourés, le camp progressiste a employé la cancel culture comme un outil radical de rééquilibrage social, notamment dans et autour du mouvement #MeToo. Il était alors de bon ton de "call out", soit de dénoncer, d'interpeller publiquement - et bien souvent sans autre preuve qu'un témoignage - une personnalité, accusée de telle ou telle agression.À LIRE AUSSI : Emma Watson, Daniel Radcliffe, Timothée Chalamet : quand le militantisme...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi