Un programme européen pour des vaccins de 2e génération

·2 min de lecture

La Commission européenne a annoncé le lancement d'un nouveau programme, "Hera Incubator", pour unir les efforts des secteurs privés et publics afin de produire des vaccins de "deuxième génération" contre les nouveaux variants du coronavirus.

La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen a annoncé mercredi 17 février le lancement d'un programme destiné à étudier les mutations du Covid-19 à l'origine des fameux "variants" qui font peser une nouvelle menace. Certaines de ces nouvelles lignées virales font craindre en effet une baisse d'efficacité des vaccins développés sur le modèle de la souche initiale du Sars-CoV-2. Ce nouveau programme baptisé "Hera Incubator" dédié à l'étude des mutations du virus"réunira les laboratoires, les autorités sanitaires, les scientifiques et la Commission européenne, avec d’importants fonds dédiés", explique Ursula von der Leyen dans . "Ces mutations nous inquiètent beaucoup. Elles risquent, à l'échelle mondiale, de se multiplier, car c'est ainsi que fonctionne un virus. Nous devons nous y préparer en rendant l'ensemble de nos réponses plus réactives. Il faut mieux et plus séquencer pour détecter au plus vite les mutations." L'UE consacrera ainsi 75 millions d'euros pour développer des tests spécifiques et augmenter les séquençages du génome du virus - avec un objectif d'analyser 5% des tests positifs contre 1% actuellement - afin d'identifier rapidement les mutations. Quelque 150 millions d'euros renforceront la recherche sur les nouveaux variants.

Lancé en 2019, le programme européen ) avait pour objectif principal de fournir à la Commission européenne un agenda de recherche 2020-2030 sur la thématique "environnement, climat et santé". Face à l’urgence sanitaire liée à la pandémie, les porteurs de ce projet travaillent ainsi sur de nouvelles recommandations spécifiques à la pandémie de Covid-19.

Des vaccins de "deuxième génération" contre le Covid

L'initiative du Hera Incubator associant industrie pharmaceutique, scientifiques et institutions doit désormais préparer "la prochaine phase" de la pandémie, "depuis la détection précoce de nouveaux variants jusqu'à la production rapide de masse d'une seconde génération de vaccins si nécessaire", a par ailleurs[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi