Nous sommes programmés pour la paresse

The Conversation
Selon l’Organisation mondiale de la santé, 3,2 millions de décès sont attribuables à un manque d’activité physique chaque année. Un constat qui soulève une question : pourquoi sommes-nous incapables d’être physiquement actifs alors que nous en avons l’intention

Cet article est signé par Boris Cheval, de l'Université de Genève, par Matthieu Boisgontier de la University of British Columbia et par Philippe Sarrazin, de l'Université Grenoble Alpes. La version originale de cet article a été publiée sur le site The Conversation dont franceinfo est partenaire.

Si vous devez vous faire violence pour sortir de votre canapé et vous adonner à une activité physique, rassurez-vous, vous n’êtes pas seul dans ce cas ! Depuis des décennies, des campagnes de communication nous encouragent à faire de l’exercice. Pourtant, environ 30 % des adultes ont une activité physique insuffisante. Et cette inaction est en constante augmentation, partout sur la planète.

La France ne fait pas exception à la règle. Si « faire davantage d’activité physique » se classe dans le top 5 des bonnes résolutions du jour de l’An, 3 Français sur 4 ne sont pas suffisamment actifs. Pourtant, selon l’Organisation mondiale de la santé, 3,2 millions de décès sont attribuables à ce manque d’activité physique chaque année, soit un mort toutes les 10 secondes.

Un constat qui soulève une question : pourquoi sommes-nous incapables d’être physiquement actifs alors que nous en avons l’intention ?


Le conflit entre raison et émotions


Afin de rendre compte de cette lutte qui s’opère entre nos intentions saines et des pulsions contraires, des théories scientifiques, comme les

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi