Des progrès sur le nucléaire iranien malgré des divergences sur les sanctions

par Francois Murphy et John Irish
·3 min de lecture
DES PROGRÈS SUR LE NUCLÉAIRE IRANIEN MALGRÉ DES DIVERGENCES SUR LES SANCTIONS

par Francois Murphy et John Irish

BRUXELLES(Reuters) - Les discussions visant à ramener pleinement les Etats-Unis et l'Iran dans l'accord de 2015 sur le programme nucléaire iranien progressent, ont déclaré vendredi les délégations menant les pourparlers à Vienne, même si des représentants iraniens ont réaffirmé l'opposition de Téhéran à une levée seulement progressive des sanctions américaines.

Les discussions réunissent des représentants iraniens, chinois, russes, français, allemands et britanniques et sont coordonnées par un diplomate nommé par le haut représentant de l'UE pour les Affaires étrangères, Josep Borrell, qui assure les échanges indirects avec les membres de la délégation américaine.

Les Etats-Unis, sous la présidence de Donald Trump, ont dénoncé en 2018 l'accord sur le programme nucléaire iranien et ont rétabli dans la foulée des sanctions contre Téhéran. L'Iran s'est par la suite progressivement affranchi de cet accord, en reprenant notamment l'enrichissement de l'uranium à des seuils non autorisés par le Plan d'action global commun (PAGC, ou JCPOA en anglais), nom officiel de l'accord.

"Toutes les sanctions de Trump étaient anti-JCPOA et doivent être supprimées - sans distinction entre les dénominations arbitraires", a déclaré sur Twitter le ministre iranien des Affaires étrangères, Javad Zarif.

Les Etats-Unis se disent prêts à lever "les sanctions qui sont incompatibles avec le JCPOA", sans plus de précisions. Cela sous-entend que les sanctions non liées à l'accord sur le nucléaire seraient maintenues.

On ignore pour le moment si ces déclarations font partie d'une rhétorique liée aux négociations ou traduisent une position de fermeté. Les responsables européens ont déclaré que l'Iran avait adopté dès le début une position dure.

"DYNAMIQUE POSITIVE"

L'Iran, la Grande-Bretagne, la Chine, la France, l'Allemagne et la Russie sont convenus de poursuivre la semaine prochaine leurs discussions sur une relance de l'accord, ont déclaré les émissaires russes et chinois.

"Les participants du #JCPOA ont fait le point sur le travail effectué par les experts au cours des trois derniers jours et ont noté avec satisfaction les premiers progrès réalisés", a déclaré sur Twitter Mikhaïl Oulianov, émissaire de la Russie auprès de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), à l'issue de la réunion de la commission mixte, le nom officiel de ces pourparlers.

"La commission se réunira de nouveau la semaine prochaine afin de maintenir la dynamique positive."

Dans le cadre des discussions, deux groupes de travail ont été formés avec d'un côté des experts dressant la liste des sanctions que les Etats-Unis seraient prêts à lever, et un autre chargé de recenser les restrictions sur le nucléaire que l'Iran devra mettre en place.

"Toutes les parties ont réduit leurs divergences de vues et nous constatons la dynamique en vue d'un compromis se dessinant progressivement", a déclaré Wang Qun, ambassadeur de Chine auprès de l'AIEA, à l'issue de la réunion. Il a ajouté que ces travaux allaient se poursuivre la semaine prochaine.

Le ministère iranien des Affaires étrangères a déclaré dans un communiqué que les diplomates se réuniraient à nouveau mercredi à Vienne. On s'attend à ce que les discussions durent plusieurs semaines.

"Au regard de la complexité technique des aspects nucléaires et des subtilités juridiques de la levée des sanctions, il serait très optimiste d'envisager quelques semaines", a déclaré une source diplomatique européenne.

Certains diplomates espèrent qu'un accord pourra être trouvé avant l'élection présidentielle iranienne prévue le 18 juin, faute de quoi les discussions pourraient être reportées à une date ultérieure.

(avec Parisa Hafezi et bureau de Dubai, version française Myriam Rivet et Claude Chendjou, édité par Jean-Michel Bélot et Bertrand Boucey)