Profiter de l'inflation serait "suicidaire" pour les industriels de l'agroalimentaire, estime leur patron

"L'inflation est un poison lent pour le pouvoir d'achat des ménages, mais c'est également un poison pour le pouvoir d’achat des entreprises", a souligné M. André sur France Inter. "Il faudrait être suicidaire ou complètement imbécile de jouer sur l’inflation pour gérer les entreprises du secteur agroalimentaire. Ce n'est absolument pas ça" qui se passe, a-t-il affirmé. Même s'il reconnaît que la baisse des volumes "n'arrange pas du tout" les industriels, le patron de la principale organisation représentative des entreprises de transformation alimentaire (hors coopératives) réfute toute compensation par des hausses de prix non justifiées pour conserver ou augmenter leur rentabilité. Les prix "sont alignés sur les cours mondiaux des matières premières dont certains sont en baisse mais où d'autres continuent à monter", a-t-il souligné citant l'exemple du sucre, du café ou du porc.

Jeudi, le ministre de l'Economie Bruno Le Maire a annoncé qu'il réunirait avec la ministre du Commerce Olivia Grégoire "la semaine prochaine les distributeurs et industriels pour faire un nouveau point sur la lutte contre la vie chère". Depuis plusieurs mois, le gouvernement fait pression sur de puissants groupes, tels que Coca-Cola, Mondelez ou Nestlé, pour qu'ils prennent leur part des efforts visant à juguler la flambée des prix. En juillet, l'Ania (Association nationale des industries almentaires) avait annoncé qu'une "quarantaine" de grandes industries agroalimentaires s'étaient engagées à faire un (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite