Professeurs tués près de Tarbes : le meurtrier présumé toujours recherché

Les deux professeurs assassinés à Pouyastruc enseignaient au collège Dasaix à Tarbes.  
Les deux professeurs assassinés à Pouyastruc enseignaient au collège Dasaix à Tarbes.

Le plan Épervier n'a rien donné. L'hélicoptère et la soixantaine de gendarmes des Hautes-Pyrénées mobilisés depuis lundi soir pour tenter de retrouver l'homme suspecté du double homicide ont fait chou blanc, entre montagne et champs de maïs. Le compagnon d'Aurélie Pardon, professeure de français au collège Desaix de Tarbes, fait figure de principal suspect depuis la découverte des deux corps.

La mère de famille de 32 ans a été retrouvée agonisante au bout d'un chemin mal goudronné de Pouyastruc. C'est une voisine qui a prévenu les gendarmes en fin de journée. L'enseignante gisait dans une mare de sang, le ventre à terre, sur le cami dou Pichou (le « chemin de l'Enfant », en patois bigourdan). Gabriel Fourmigué, 55 ans, professeur d'éducation physique au collège Desaix, où Aurélie Pardon enseignait depuis six ans, a lui aussi été retrouvé mort quelques instants plus tard et à quelques mètres, à Pouyastruc.

L'hypothèse d'une « rivalité amoureuse »

Cet ancien sentier de randonnée pédestre dessert quelques habitations à une centaine de mètres seulement de la gendarmerie, implantée à la sortie de cette commune de 600 habitants nichée dans les coteaux à une dizaine de minutes en voiture de la préfecture du département. Le procureur de la République de Tarbes, Pierre Aurignac, qui a déclenché les opérations pour retrouver le suspect, lequel se serait enfui à moto, refusait mardi de dévoiler son identité. Le magistrat a annoncé l'ouverture d'une information judiciair [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles