Professeur décapité : un recours contre la fermeture de la mosquée de Pantin

Source AFP
·1 min de lecture
L'arrêté ordonnait la fermeture de la mosquée de Pantin à partir de mercredi soir, pour une durée de six mois (illustration).
L'arrêté ordonnait la fermeture de la mosquée de Pantin à partir de mercredi soir, pour une durée de six mois (illustration).

C'était l'une des annonces faites par Gérald Darmanin lundi. Le ministre de l'Intérieur a demandé au préfet de Seine-Saint-Denis de fermer la mosquée de Pantin. Celle-ci avait relayé sur sa page Facebook une vidéo dénonçant le cours sur les caricatures de Mahomet de Samuel Paty, l'enseignant assassiné. Une décision qui fait désormais l'objet d'un recours de la part de la Fédération musulmane de Pantin, comme l'a révélé son avocat. « En se bornant à ordonner la fermeture pendant six mois de la seule grande mosquée de Pantin, sans expliquer en quoi cette mosquée est spécialement mise en cause et nécessite, elle seule, une fermeture, la préfecture de Seine-Saint-Denis fonde une atteinte grave et manifestement illégale au principe d'égalité », indique le recours devant le tribunal administratif, consulté par l'Agence France-Presse. Ce référé-liberté, procédure administrative d'urgence sur laquelle le tribunal doit statuer dans un délai de 48 heures, demande de « suspendre l'arrêté préfectoral » qui ordonnait la fermeture du lieu de culte à partir de mercredi soir, pour une durée de six mois.

« Les vingt-cinq représentants de la Fédération musulmane de Pantin sont tous républicains et opposés fermement aux doctrines salafistes. Il n'y a, dès lors, pas matière à parler de lien avec le salafisme », souligne le recours déposé par Me William Bourdon. « On a décidé de faire un recours », a confirmé à l'Agence France-Presse M'hammed Henniche, responsable de la mosquée [...] Lire la suite