Professeur décapité : la priorité doit aller à la "sécurité" pour Sarkozy

·1 min de lecture

L'ancien président de la République Nicolas Sarkozy a souhaité vendredi que la priorité soit donnée à la "sécurité" après l'assassinat sauvage par décapitation d'un enseignant la semaine dernière. "Je sais que c'est très difficile. Et moi je ne suis pas là pour critiquer ou donner des leçons à qui que ce soit. Je dis simplement qu'aujourd'hui, chacun doit être conscient que la situation ne peut plus durer ainsi, et qu'il convient, me semble-t-il, d'inverser l'ordre des priorités en mettant tout en haut la priorité de la sécurité", a déclaré sur BFMTV l'ancien chef de l'Etat, en marge d'une séance de dédicaces de son livre à Grasse (Alpes-Maritimes).

>> LIRE AUSSI - Professeur décapité : "une quinzaine d'enquêtes" à Paris pour apologie du terrorisme

"Il est temps de réagir très très fortement"

"Il est temps de réagir très très fortement et de garantir aux Français, aux enseignants, la certitude que nous ne sommes pas décidés à tolérer, sur le sol de la République, des gens qui, manifestement, ne partagent aucune de nos valeurs", a insisté l'ancien président et ancien ministre de l'Intérieur. Nicolas Sarkozy n'avait pas pu assister mercredi soir à l'hommage national à Samuel Paty, retenu loin de Paris.


Retrouvez cet article sur Europe1