Professeur décapité: devant les présidents des régions, Castex évoque une "sidération collective"

Robin Verner
·2 min de lecture
Jean Castex devant les présidents des conseils régionaux.  - BFMTV
Jean Castex devant les présidents des conseils régionaux. - BFMTV

En montant à la tribune du congrès des régions de France, Jean Castex savait sa parole particulièrement attendue. Devant les présidents des conseils régionaux, le Premier ministre a évoqué la mémoire de Samuel Paty, cet enseignant assassiné vendredi aux alentours de 17h à Conflans-Sainte-Honorine dans les Yvelines par un terroriste islamiste âgé de 18 ans.

"Un acte contre la vie"

"L’assassinat barbare de Samuel Paty nous laisse encore dans un état de sidération collective. La mort par décapitation d’un professeur d’histoire-géographie, assassiné pour le contenu de l’un de ses cours, est un acte barbare, un acte contre la vie, un acte contre la République", a-t-il d'abord lancé. Peu avant sa mort, des parents d'élèves avaient signalé Samuel Paty pour avoir montré des caricatures de Mahomet dans le cadre d'un cours consacré à la liberté d'expression, l'un d'entre eux dénonçant même le professeur dans une vidéo.

L'enquête a d'ailleurs fait apparaître que le futur meurtrier de Samuel Paty avait contacté les auteurs de cette captation pour se renseigner. "Nous luttons avec une détermination sans faille contre l’islamisme radical. La peur et l’obscurantisme ne l’emporteront jamais", a poursuivi le chef du gouvernement.

"L'Etat et les collectivités doivent travailler de concert"

"Dès ce matin des opérations policières ciblant des individus radicalisés ont été diligentées", a-t-il proclamé, annonçant: "D'autres opérations et mesures vont suivre sur la haine en ligne, sur les associations ennemies de la République, sur ces réseaux et ces individus qui s'en prennent aux fondements de nos valeurs et du pacte républicain."

"L’Etat et les collectivités doivent travailler de concert", a encore ajouté Jean Castex qui a fixé rendez-vous aux élus: "Nous échangerons demain sur la question de la sécurité des enseignants et des personnels dans els établissements d'enseignement".

Article original publié sur BFMTV.com