Comment un professeur de 31 ans poursuivi pour atteinte sexuelle envers une élève a été condamné à du sursis

Elise Lambert
Un professeur de mathématiques de 31 ans a été condamné, lundi, à 18 mois de prison avec sursis pour atteinte sexuelle devant le tribunal correctionnel de Fontainebleau (Seine-et-Marne) pour avoir eu une relation avec une élève de 14 ans.

Il avait l'impression que c'était "juste" sa "copine", pas son élève "ni une fille de 14 ans". Un professeur de 31 ans, Théo, a été condamné lundi 27 novembre par le tribunal correctionnel de Fontainebleau à 18 mois de prison avec sursis, deux ans de mise à l'épreuve, obligation de soins et interdiction d'entrer en contact avec des mineurs dans ce même délai, pour avoir entretenu une relation avec une mineure de 14 ans.

Il a été relaxé du chef de "corruption de mineur" et encourait dix ans de prison. Comment comprendre ce jugement, alors que la loi interdit toute relation sexuelle entre un(e) mineur(e) de moins de 15 ans et une personne majeure ? Franceinfo vous résume l'affaire.

Des échanges sur Instagram comme point de départ

L'idylle interdite débute sur les réseaux sociaux. En septembre 2016, Théo, né en 1986, devient le professeur de mathématiques d'Emilie, née en 2003. Ils commencent à échanger des messages sur Instagram. Le 14 février 2017, le jour de la Saint-Valentin, Emilie avoue à son professeur qu'elle l'aime. Ce dernier l'éconduit et lui répond que leur amour est "impossible", mais ils continuent d'échanger des messages, relate 20 minutes. "J’étais clair au départ. Et puis en avril j’ai dit 'non', mais moins clairement. Je disais qu’il ne se passerait rien tant qu’elle n’aurait pas 18 ans", raconte-t-il lors de l'audience.

Malgré l'interdit, les deux amants se rapprochent. A la mi-juin, Théo propose à Emilie d'être "son petit ami". L'amour virtuel devient réel. Ils se donnent rendez-vous en cachette dans les champs, dans sa voiture ou des chambres d'hôtel. Ils ont des relations sexuelles. "Tous les rapports ont été consentis, je lui ai demandé des milliards de fois avant même de l'embrasser, de lui tenir la main...", affirme Théo, cité par des journalistes présents lors de l'audience..

Leur première fois se passe mal. "J’étais extrêmement stressé et elle aussi", décrit-il. "On avait beaucoup parlé avant pour savoir si elle voulait qu'on le fasse (...)

Lire la suite sur Franceinfo
"Cash Investigation". Coton : l’envers de nos tee-shirts
L’avocat de Roy Moore crée le malaise à la télé américaine
Instant détox : de l'esclavage dans le monde arabe?
Russie : le premier refuge LGBT remporte un franc succès
Harcèlement sexuel : pour l'actrice d'"Arabesque", les femmes ont "leur part de responsabilité"

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages